Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘Windows Azure’

Office 365 – Les constructeurs font grise mine pendant que le cloud sourit

20 avril 2013

Arnaud Alcabez

Office-2013-LogoLe déclin des ventes de PC (-14% sur les 3 premiers mois de 2013) et l’absence de percée significative sur le marché des tablettes et des smartphones n’impactent plus que de manière modérée le modèle commercial de Microsoft: 20% du CA est généré par la vente de licences OEM, 45% du CA pour les contrats pluri-annuels EA pour utiliser Windows/Office pour les entreprises.

Si le marché OEM perd 14% de croissance sur le premier trimestre, la division de produits et services destinés au « Cloud Computing » (Windows Azure et Office 365) a vu pendant la même période une progression des ventes de 11%. Toutefois, malgré cela, la division on-line reste l’une des seules activités non bénéficiaires de l’entreprise, avec des pertes d’exploitation contenues à 220 millions de dollars pour le premier trimestre 2013.

Voici quelques autres indicateurs présentés lors de la conférence de presse :

  • Office 365 a représenté un revenu d’un milliard de dollars pour l’année écoulée;
  • Forte accélération des nouveaux contractants, avec une multiplication par 5 en un an;
  • Une entreprise cliente de Microsoft sur quatre dispose de licences sur le Cloud Microsoft;
  • 75% des entreprises utilisent des licences premium (c-a-d autres que les versions d’entrée de gamme P1, E1, A1);
  • Presque trois millions d’organisation Active Directory sont hébergées sur les centres de données Microsoft;
  • 50 nouveaux services « cloud » lancés sur les douze derniers mois;
  • 42.000 partenaires référencés commercialisent des services Office 365 et/ou Windows Azure dans le monde;
  • 20% d’entre-eux génèrent 80% du revenu;
  • Plus de 40% du top 40 mondial des sociétés de services (Managed Services Providers) déclarent avoir testé et/ou déployé Office 365 pour un client final.

Sources: Reuters/Microsoft

Publicités

Transformez votre entreprise en entreprise Cloud-ready

13 avril 2013

Arnaud Alcabez

Chapitre 2 : Le modèle de données

CloudLockFaire évoluer son entreprise afin qu’elle soit alignée sur l’utilisation de services à consommer à la demande semble être inéluctable, quoique chaque entreprise soit libre de dérouler son calendrier, et de choisir les services qui lui sembleront les plus favorables à déplacer partiellement ou totalement vers le nuage (messagerie, fichiers, applications, etc.).

Récemment, une enquête de l’Insee sur les technologies de l’information et de la communication et le commerce électronique au sein des entreprises d’au moins 10 personnes a montré que si presque 100% des sociétés sont connectées à Internet, elles ne sont que 64% à être présentes sur ce média au travers d’un site web ou une page d’accueil. Mais si on regarde combien d’entres-elles sont aptes à proposer leurs produits ou à favoriser la relation commerciale, elles ne sont plus que 11% (25% pour les sociétés d’au moins 250 personnes) à vendre sur Internet, pour un montant représentant 3% de leur chiffre d’affaire total. C’est vous dire à quel point nous sommes encore loin de nous imposer comme un acteur de l’économie numérique.

Souvenez-vous. Le mois dernier, j’avais introduit les trois challenges à relever pour transformer une entreprise en une entreprise Cloud-ready :

  • Mettre en œuvre une stratégie d’authentification unique de type WebSSO/LDAP. Mais entre SAML, OpenID, OAuth, que choisir ?
  • Adapter votre modèle de données de manière à pouvoir y connecter de nouvelles formes de services, en trois couches : DAL (Data Access Layer), BLL (Business Logic Layer), et IHM (Interface Homme-Machine ou Presentation Layer)
  • Déterminer le modèle de gestion de périphériques nomades le plus adapté à la stratégie de l’entreprise : BYOD (Bring Your Own Device), CYOD (Choose Your Own Device), ou COPE (Corporate Owned, Personally Enabled)

Quelle technologie choisir ?

Si Microsoft SharePoint 2013 est une boîte à outils parfaite pour rapidement concevoir une plateforme collaborative efficace, le principal problème jusqu’à présent était sa difficulté à pouvoir accepter une charge variante en fonction des pics d’activité. Ce point est désormais résolu avec le couplage de Microsoft SharePoint 2013 et de Microsoft Windows Azure comme pouvant servir de base au développement d’une activité commerciale orientée Cloud Computing.

image1 - article 81

Microsoft Consulting Services a publié un livre blanc sur les avantages nombreux du déploiement de SharePoint 2013 sur un socle Windows Azure : http://gallery.technet.microsoft.com/office/Technical-Deployment-db645804.

Le couplage entre ces deux technologies est de fournir un modèle de données et un socle solide pour le développement de portails mélangeant l’activité commerciale, la relation partenaires, et les activités de réseau social – portés par SharePoint – et l’élasticité et l’adaptation à la charge – assurées par Windows Azure, sur lequel il ne vous restera qu’à implémenter les composants supplémentaires dont vous aurez besoin dans votre environnement (voir schéma ci-dessous).

image2 - article 81

Reste l’intégration dans le Système d’Information et la connectivité via la stratégie d’authentification unique dont nous avions parlé dans l’article du mois dernier. Voici ce que cela donne sous la forme d’un schéma:

image3 - article 81

Si le schéma ci-dessus représente une architecture complète, n’oubliez pas qu’un projet maîtrisé consiste à le conditionner en sauts acceptables, que ce soit en termes d’acquisition de compétences ou de complexité technologique. Toutefois, on peut commencer à définir un modèle de données simplement avec quelques briques indispensables, puis l’améliorer petit à petit.

Le mois prochain, nous aborderons la dernière partie de ce dossier : Comment déterminer le modèle de gestion de périphériques nomades le plus adapté à la stratégie de l’entreprise ?

Pour IT Pro Magazine, Avril 2013