Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘BPOS’

Office 365 – L’actualité internationale quotidienne

23 février 2013

Arnaud Alcabez

Office-2013-LogoDepuis quelques mois, ayant désormais en charge pour la presse deux rubriques papiers sur Exchange, Office 365 et le Cloud Computing, avec 18 articles à rendre par an, Office 365 Undercover est devenu une plateforme de publication de mes propres parutions, un peu par manque de temps, je le reconnais. Pour autant, contrairement à certains de mes collègues, cross-posteurs, il m’est difficile de faire une sélection exhaustive et impartiale des articles les plus importants d’une part, et d’autre part, cela fait longtemps que j’ai décidé de ne plus répondre aux messages me demandant de faire la promotion de leurs produits ou de leurs services sur ce site.

Or, savoir ce qui se passe dans le monde d’Office 365 reste une mission importante, à la fois pour des raisons personnelles, comme celle de me tenir au courant de l’actualité, mais aussi parce que le volume d’information et le nombre de sources ne font qu’augmenter au fil des mois. Pour ce faire, vous trouverez une nouvelle rubrique sur la partie droite de ce blog, intitulée  » Office365 Undercover, What’s new, What’s hot? « . Il s’agit d’un journal en ligne dans le nuage, dont les titres sont réactualisés quotidiennement, et basés sur 25 sources d’information. Ainsi, en un clic, vous aurez une vision à 360° de ce qui se passe dans le monde sur Office 365.

Pour son lancement, j’ai choisi les 25 sources suivantes, sachant qu’en fonction des émetteurs, je ferais sans doute quelques réactualisations par la suite. J’ai également pris la liberté de n’afficher que des informations en langue anglaise. Les raisons sont qu’actuellement les articles en français sont peu nombreux, en volumétrie et en mise à jour, et que sélectionner les nouvelles dans toutes les langues donne un résultat très mitigé, où de l’anglais côtoie du japonais ou de l’espagnol…

En voici un aperçu:

Preview

Les 25 sources d’information que j’ai choisi sont les suivantes:

Pour Office 365 (14):

  • #Office365 (Twitter)
  • @Office365 (Twitter)
  • @Office365News (Twitter)
  • @Office365Rocks (Twitter)
  • @Office365Talk (Twitter)
  • @Office365france (Twitter)
  • Microsoft Office 365 Community (Flux RSS)
  • @TheCloudMouth (Twitter) Loryan Strant, MVP Office 365
  • Office 365 MVPs | modery.net (Flux RSS) René Modery, MVP Office 365
  • Office Blogs – Top Office 365 questions answered (Flux RSS)
  • Office365 Undercover (Flux RSS) Arnaud Alcabez, MVP Office 365
  • Benoit’s corner (Flux RSS) Benoît Hamet, MVP Office 365
  • Julienpeigne.com (Flux RSS) Julien Peigne, MVP Office 365
  • Cumulos (Flux RSS) Laurent Miltgen-Delinchamp MVP Office 365

Autres sources (11):

  • Exchange Team Blog (Flux RSS)
  • Windows PowerShell Blog (Flux RSS)
  • @SkyDrive (Twitter)
  • @Yammer (Twitter)
  • @Yammer_Tips (Twitter)
  • @MSCloud (Twitter)
  • @Microsoft (Twitter)
  • @SharePoint (Twitter)
  • @msftLync (Twitter)
  • @MSFTExchange (Twitter)
  • @Office (Twitter)

Office 365 – Analyse de référencement d’un blog, quelques retours d’expérience

2 juillet 2012

Arnaud Alcabez

Le 13 Juillet 2009, je mettais en ligne un premier blog autour des technologies Microsoft Online. Celui-ci continue de fonctionner, et a dépassé les 211.000 visiteurs en 3 ans. Ayant quitté la société pour laquelle je l’avais conçu, j’ai démarré la rédaction de nouveaux articles sur ce portail à partir du 30 Décembre 2010.

Le graphique ci-après permet de mesurer le référencement depuis son lancement et d’en tirer quelques conclusions qui j’espère vous seront utiles si vous démarrez votre blog.

Sans surprise, 80% du trafic (soit quatre requêtes sur cinq) proviennent des moteurs de recherche et de référencement de Google, ce qui montre à quel point il est essentiel de bien connaître cet outil pour s’assurer d’une bonne visibilité sur Internet.

Les outils de réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn, Twitter, WordPress, Scoop.IT, SlideShare génèrent presque 9% du trafic. Etant donné les passerelles qu’il existent entre les plateformes de réseaux sociaux, ceux-ci rapportent un nombre non négligeable de lecteurs, avec une charge de travail proche de zéro, utilisant les outils intégrés des plateformes de réseaux sociaux pour la diffusion cross-canal.

Les « rings communautaires », qu’on peut voir dans le diagramme (Benoit Hamet, Laurent Miltgen-Delinchamp, Frédéric Laubel, et Jimmy Marchetto) constituent de manière cumulée, avec 6%, la troisième source de référencement. Il s’agit généralement de flux RSS croisés entre nos sites, différentes citations de nos sites respectifs, et également quelques travaux communs.

Alors qu’une grande partie du contenu ainsi que le titre de ce blog sont dédiés aux technologies de Microsoft, les moteurs de référencement, les sites web, et les autres formes de promotion (interviews, articles, etc.) ne génèrent que 4% des requêtes, ce qui en fait certes la quatrième source de référencement, mais montre que le transfert de trafic entre les sites sources et ce blog est relativement faible. Si l’information est consultée sur le site où elle a été publiée, elle ne génère que très peu de trafic sur ce blog. Sans doute cela signifie-t-il qu’il y a encore des efforts à faire de la part de l’éditeur pour mettre en avant le contenu technique de ses communautés.

Office 365 – Etat d’avancement du plan de transition de Microsoft BPOS vers Microsoft Office 365

2 mai 2012

Arnaud Alcabez

28 Juin 2011, Microsoft Office 365 était rendu public et accessible dans 20 langues et 40 pays. A partir de cette date, les clients qui utilisaient Microsoft Business Productivity Online Service (BPOS) ont été invités à réaliser leur transition vers cette nouvelle version. S’il y a eu quelques clients en avance de phase pour roder le processus de migration entre Juin et Septembre 2011, le plan de transition n’a réellement démarré qu’à partir de Septembre 2011 avec l’objectif d’avoir migré la totalité des utilisateurs de BPOS vers Office 365 en un an. Où en est-on au bout de 8 mois ?

La moitié des clients et un tiers des boîtes aux lettres ont été transférés vers Office 365. La transition de plus de la moitié des clients et d’un tiers des boîtes aux lettres sur la Microsoft Business Productivity Online Suite (BPOS) vers Office 365 a été exécutée. Cela comprend plus de 50 très gros clients qui disposaient d’un nombre de boîtes aux lettres élevé, incluant au passage la transition de milliers d’appareils BlackBerry vers le service en ligne de RIM Blackberry.

Microsoft continue à tenir compte du programme de transition de ses plus gros clients afin d’éviter qu’une capacité inutilisée leur soit réservée durant le week-end. Pour atténuer le risque de compromettre le programme de transition des autres clients, les clients avec un déploiement important souhaitant reporter leur date de transition prévue devront fournir trois dates préférées entre aujourd’hui et le mois d’août pour que la transition puisse être exécutée. Ils seront regroupés en lots en fonction de la capacité disponible.

Ceci sous-entend que même si l’éditeur accuse certainement un léger retard sur son plan de migration originel, il devrait tenir ses objectifs, sachant que ceux-ci sont une nécessité pour envisager la prochaine montée de version de son environnement Office 365 avec les composants (Exchange, Lync, SharePoint, Office et Office Web Apps) de la « Wave 15 », prévus plus ou moins entre la fin d’année 2012 et début 2013. Microsoft n’envisageant sans doute pas de maintenir sur ses centres de données trois générations de services en ligne (BPOS, Office 365 et Office 365 vNext), il est prévu que tous les comptes encore sous BPOS soient migrés vers Office 365. La migration entre Office 365 et Office 365 vNext devrait être par contre beaucoup plus simple, principalement dû au fait que les produits sont désormais conçus afin d’être exploités dans un environnement Cloud Computing, qu’il soit on premise – en cloud privé, hybride ou purement online – en cloud public.

Le futur de Microsoft Office 365 ?

2 mai 2011

Arnaud Alcabez

La date de publication commerciale d’Office 365, l’offre de services dans le cloud de Microsoft proposant Microsoft Exchange Online, Microsoft Lync Online, Microsoft SharePoint Online et Microsoft Office Professional 2010 Professional Plus (selon le niveau d’engagement) n’est plus qu’une question de semaines. Dans cette perspective, il est temps de commencer à étudier sous quelle forme cette suite pourrait évoluer dans sa prochaine itération majeure.

Si nous revenons en arrière, la première version appelée BPOS (Business Productivity Online Services) fût lancée aux Etats-Unis en Novembre 2008 sur la base des logiciels « 2007 » (Exchange Server 2007, SharePoint 2007, Office Communications Server 2007, Live Meeting) et à quelques mois près, il aura fallu attendre 3 ans pour disposer de la plateforme « 2010 ».

La prochaine vague des produits de collaboration, dont les noms de code terminent par « 15 », en sont aux premières phases de développement, même si des versions bêta ou CTP (Community Technology Preview) devraient apparaître en 2012, il ne fait aucun doute que ces nouvelles versions ne seront disponibles qu’à partir de l’année d’après soit 2013.

Donc, en ce qui concerne la succession d’Office 365, faudra-t-il attendre 2014 dans l’hypothèse la plus favorable pour disposer de la génération suivante ? Cela n’est pas évident, et pour deux raisons que je vais essayer d’exposer ci-après :

  • Le cycle de vie des applications en mode cloud et leur adoption suit un rythme plus rapide que les applications traditionnelles. On le constate tous les jours en surfant sur Internet. En 3 ans, en 5 ans, une application sur le cloud peut passer d’un statut pour initiés à un standard utilisé par des millions, des centaines de millions de personnes (comme Facebook par exemple). Dans le cloud, le monde se fait ou se défait à un rythme effréné et dans cette réalité, 3 ou 4 ans entre chaque version apparaît comme un millénaire numérique. En résumé, le fait que Microsoft ait décidé de s’appuyer sur des produits traditionnels risque d’apparaître de manière de plus en plus flagrante comme un frein au développement de ses applications dans le nuage.
  • Après avoir commercialisé BPOS, l’équipe qui avait participé à son développement a été en majorité réaffectée à d’autres opérations, ce qui est généralement assez courant dans le monde du développement traditionnel. Ceci a entrainé un effet de latence non négligeable pour la construction d’Office 365, et qu’au-delà des correctifs apportés pendant le cycle de conception, il a fallu reprendre la construction d’Office 365 à partir d’une feuille blanche, ce qui amène à deux résultats : Les plateformes BPOS et Office 365 doivent coexister dans le centre de données Microsoft, ce qui induit forcément un coût significatif pour l’éditeur autant pour les besoins en infrastructure que pour la maintenance en condition opérationnelle. Plus problématique, la migration des utilisateurs de BPOS vers Office 365 demandera un certain temps, si ce n’est pas plusieurs années et même si Microsoft aspire à la conduire sur un cycle court d’un an uniquement, dans les faits, il y a de fortes probabilités que cette période soit prolongée. Soyons réalistes, migrer 130.000.000 boîtes aux lettres en un an, est-ce réalisable ?

En résumé, si une prochaine version d’Office 365 basée sur les composants « Wave 15 » ne pourrait être au mieux disponible qu’en 2014 ou 2015 (soit 4 ans), et que cette fenêtre ne correspond ni aux cycles de développement dans le cloud, ni à la maintenance d’une équipe de développement sur cette plateforme, il est assez simpliste de penser qu’il pourrait exister une version intermédiaire entre Office 365 « Wave 14 » et Office 365 « Wave 15 ». Dans cette hypothèse, quelles pourraient être les nouveautés portées par une version intermédiaire ?
La suite dans Exchange Magazine, Mai 2011.

Office 365 – Accelérer votre migration vers Office 365, BPOS ou Live@edu

17 février 2011

Arnaud Alcabez

Quest Software est reconnue entre autres pour délivrer des outils de coexistence et de migration depuis des environnements sources divers vers Microsoft Exchange. La société étend son offre avec Quest Migrator for Cloud Email. Cet outil permet de migrer en une seule étape depuis les plateformes suivantes :

  • Microsoft Outlook .PST file
  • Gmail/Google Apps
  • Microsoft Exchange 2000/2003
  • Microsoft Exchange 2007/2010

Vers les environnements cibles suivants:

  • Microsoft Office 365
  • Microsoft BPOS
  • Microsoft Live@edu

Il reste à voir au fil des mois si Quest Software proposera un outil de coexistence entre ces univers, comme il a pu le faire avec Coexistence Manager for Lotus Notes (CMN) et Coexistence Manager for Exchange (CME), ce qui permettrait de pouvoir disposer d’une certaine interopérabilité entre ces univers. Quest Migrator for Cloud Email est proposé à un prix unitaire de 5$ par boîte aux lettres.

On ne peut que saluer l’initiative de Quest Software d’avoir développé cet outil, même si on ne peut s’empêcher de faire une certaine comparaison avec les outils proposés Google (et surtout leur gratuité) pour migrer depuis un environnement Microsoft. Néanmoins, Microsoft a déjà intégré gratuitement des versions limitées des produits de migration (ADMT, Exchange Migration Wizard, etc) pour favoriser et accélerer les adoptions à ses plateformes, et on ne peut qu’espérer qu’un jour, l’éditeur puisse proposer la même initiative vers Office 365.

Une récente enquête américaine, sur un panel de sociétés de services, indiquait que sur 100 SSII, 29% proposent dans leur offre une intégration du cloud computing basée sur les services Google (Gmail/Google Apps) et que 25% proposent au contraire une intégration à l’aide des services commercialisés par Microsoft (Exchange, SharePoint, Lync online). Quant aux autres, ils ne proposent pas particulièrement à ce jour d’offre de services de migration vers le cloud computing.

Vous pouvez consulter les documentations de Quest Software à ces adresses:

  • La présentation de Quest Migrator for Cloud Email est disponible à cet emplacement.
  • Le guide d’administration de Quest Migrator for Cloud Email est disponible à cet emplacement.

Office 365 – Granularité de l’administration et stratégies (policies)

19 janvier 2011

Arnaud Alcabez

Parmi beaucoup d’autres nouvelles fonctionnalités, il est intéressant de s’attarder sur le saut quantique que Microsoft Office365 réalise en termes d’administration et de stratégies d’accès. Précédemment, la configuration d’administration de BPOS se limitait à indiquer quel utilisateur était administrateur de la plateforme, et lequel était utilisateur. Il faut aussi considérer le compte Windows Live ID avec lequel vous vous connectiez la première fois à l’interface et qui avait accès exclusivement aux données concernant la facturation.

Pour faire simple, disons qu’avant Microsoft Office365, il était difficile d’appliquer un réel découpage des rôles administratifs, et configurer ne serait-ce qu’un minimum de sécurité d’accès consistait à devenir presque intime 🙂 avec les personnes des équipes du support technique.

Un accès aux services de base intuitif

Dès que vous serez en mesure de vous connecter à Office365, vous verrez que les fonctions d’accès aux services sont assez intuitives (par exemple, le type de service que vous fournirez à un utilisateur – ou plan en anglais, mais aussi les accès aux sites SharePoint ou l’autorisation pour Lync de se connecter ou non aux réseaux externes pour la messagerie instantanée).

Toutefois, avec Microsoft Office365, on dispose de deux nouvelles grandes fonctionnalitéss, diaboliquement efficaces et qu’il vous faudra connaître pour configurer le service avec précision: Les RBAC et les Policies.

Office365 et les RBAC pour l’accès aux fonctions du portail

Les RBAC (Role Based Access Control) sont déjà connus des administrateurs d’Exchange Server 2010. Ceux-ci permettent de définir des groupes de stratégies pour des utilisateurs afin qu’ils puissent administrer une partie du système. Dans Office365, on dispose par défaut des rôles RBAC pré-définis suivants:

  • Administrateur d’entreprise
  • Administrateur de facturation
  • Administrateur de compte utilisateur
  • Help Desk
  • Support

A cela, il faut ajouter un RBAC spécifique, destiné à l’administrateur partenaire de l’enregistrement (POR): Administrateur de la part de. Celui-ci correspond à une forte attente des partenaires BPOS dont l’accompagnement dans le support du service était fortement limité jusqu’à présent.

Enfin, au-delà des RBAC fournis par défaut, vous pourrez personnaliser l’administration en créant des rôles spécifiques à certaines opérations, ou limité à une population donnée.

Des permissions d’accès indigènes aux niveaux des applications Exchange Online et SharePoint Online

Ne confondez pas les RBAC du service Office365 avec les permissions d’accès dans les application. Au niveau des applications, vous retrouverez également des systèmes de gestion des permissions à mettre en oeuvre. Si vous avez déjà eu à administrer un serveur Exchange Server 2010 ou un SharePoint Server 2010, vous ne serez pas trop désorientés. Chaque application dispose de sa propre logique de configuration des permissions. Par exemple, pour Exchange, dans la configuration de l’organisation, vous retrouverez des rôles (des RBAC Exchange) pour les administrateurs et pour les utilisateurs. Voici un exemple des RBAC pour Exchange Server 2010 que vous devriez retrouver dans l’interface d’Exchange Online d’Office365.

Les stratégies (policies)

Encore une fois, cela n’est pas forcément nouveau si vous avez déjà eu l’habitude d’utiliser Exchange Server 2010, mais pour une majorité d’entre-vous, je suppose que cela sera une découverte. Au niveau d’Exchange, il existe la possibilité de définir des stratégies personnalisées pour la configuration d’un composant. Les stratégies affectent:

  • Outlook Web App (OWA)
  • Exchange ActiveSync
  • Federated Calendar Sharing
  • User Role Assignement (le même que dans la capture d’écran ci-dessus)
  • Mail retention
  • FOPE (FrontFront Online Protection for Exchange)
  • UM
  • Throttling

Plutôt que d’entrer dans le détail de chaque stratégie, le mieux est de vous présenter un exemple concrêt.

La première opération consiste à se connecter avec PowerShell à votre environnement Office365 et d’invoquer le jeu de cmdlets d’Office365:

Pour OWA, par exemple, il existe une stratégie par défaut, nommée « Default ». Pour en avoir son contenu, il suffit de frapper Get-OwaMailboxPolicy – Identity « Default ». Vous devriez avoir un résultat listant la configuration de chaque paramètre de la stratégie. Je vous fais grâce de la capture pour éviter de vous affoler sur le nombre de paramètres d’une part (mais sachez qu’il y en a beaucoup), et que d’autre part, la liste pourrait évoluer d’ici la disponibilité d’Office365.

Imaginons que je veuille limiter pour un utilisateur donné (moi-même) son interface afin qu’il n’ait pas la possibilité de gérer un agenda via OWA. Cela donne :

a) Créer une stratégie OWA personnalisée

New-OwaMailboxPolicy -Name « SecureOWAWithoutCalendar »

Notez que la nouvelle stratégie est créée sur la base de la stratégie par défaut.

b) Configurer la stratégie afin qu’elle retire l’accès au calendrier

Set-OwaMailboxPolicy -Identity « SecureOWAWithoutCalendar » -CalendarEnabled $False

c) Appliquer la stratégie sur ma boîte aux lettres

Set-CASMailbox -Identity arnaud.alcabez -OwaMailboxPolicy « SecureOWAWithoutCalendar »

La stratégie s’applique immédiatement et sera effective dès lors que l’utilisateur accèdera de nouveau à OWA. Voici ci-après le résultat en image :

En conclusion

Comme vous avez pu vous en rendre compte au long de cet article, Office365 apporte un niveau de finesse et de paramètrage inconnus jusqu’à présent. Chez Capgemini, cela nous donne la possibilité d’accompagner nos clients sur une mise en oeuvre et une intégration plus fine d’Office365 en conformité avec les équipes administratives en place.

Dans l’ordonnancement de votre projet, je ne saurai vous conseiller, surtout si SharePoint 2010 et Exchange 2010 ne vous sont pas familliers et que vous n’avez pas dans votre culture de travailler directement avec les équipes métiers, de plutôt réaliser la mise en oeuvre vers BPOS ou Office365, qui peut tout à fait être utilisé tel quel, out-of-the-box, puis d’affiner la granularité de votre solution après coup.

Toutefois, dans le cadre des grands projets de migration, cette étape est un fondamental de l’étude fonctionnelle et un élément différentiateur de l’approche d’Office365 par rapport à BPOS, qui devra être présenté puis être conduit en phase pilote ou de preuve de conception avant la mise en production et la migration des utilisateurs vers Office365.

Mise à jour Microsoft BPOS prévue pour fin Janvier 2011

10 janvier 2011

Arnaud Alcabez

Attendues pour certaines depuis très longtemps, Microsoft vient d’annoncer qu’il démarrait la mise à jour de ces centres de données pour intégrer les corrections suivantes. En pratique, celle-ci devrait être disponible pour tous les clients actuels Microsoft Online Services à partir de fin Janvier 2011. Elle touche principalement la console de gestion des périphériques BlackBerry (MOSBAC), quatre instructions PowerShell qui seront sans doute récupérables au travers d’une nouvelle version des outils de migration, et le support de MRM et des correctifs Live Meeting délivrés en Novembre 2010, mais qui n’étaient pas jusqu’alors intégrés aux centres de donnés Microsoft Online Services.

Pour le support des services et périphériques BlackBerry

  • Les administrateurs des services BlackBerry hébergés sur le centre de données Microsoft peuvent désormais rechercher des utilisateurs dans la console d’administration Microsoft Online Services BlackBerry. Cette nouvelle fonction de recherche est similaire à celle utilisée dans le centre d’administration Microsoft Online Services
  • La gestion des utilisateurs avec un UPN différent de leur adresse SMTP pour les utilisateurs BlackBerry
  • La console d’administration pour les services hébergés BlackBerry est disponible dans 19 langues : Portugais-Brésilien, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Tchèque, Danois, Hollandais, Finlandais, Français, Allemand, Grec, Hongrois, Italien, Japonais, Coréen, Norvégien (Bokmal), Polonais, Roumain, Espagnol, Suédois

Support en PowerShell de POP3 et de la redirection de boîte aux lettres

  • Des commandes PowerShell pour gérer les règles de redirection et d’accès aux services POP sans passer par l’ouverture d’un ticket d’incident. Les nouvelles cmdlets PowerShell sont les suivantes :
    • Set-MSOnlineAlternateRecipient
    • Clear-MSOnlineAlternateRecipient
    • Enable-MSOnlinePOPAccess
    • Disable-MSOnlinePOPAccess

Correctifs pour Live Meeting

  • Des mises à jour du client Microsoft Live Meeting et de l’add-in pour Outlook du client LiveMeeting. Elles incluent quelques améliorations comme l’optimisation du téléchargement des fichiers PPT ou la localisation en allemand. Celles-ci ont été développées en Novembre dernier et seront désormais disponibles pour les centres de données Microsoft. Pour connaître les améliorations concernant le support Live Meeting :

http://social.technet.microsoft.com/Forums/en/olmdiscussion/thread/8da5b268-ace0-49ef-908a-bdce4a400449

Support de MRM pour Exchange Online

  • La gestion de MRM (Messaging Records Management) pour la gestion des contenus des boîtes aux lettres. Microsoft recommande les valeurs maximum suivantes :
    • Boîte de réception : 20.000 éléments
    • Eléments envoyés : 20.000 éléments
    • Eléments effacés : 20.000 éléments
    • Calendrier : 5.000 éléments
    • Contacts : 5.000 éléments

Pour mieux comprendre comment MRM intervient au niveau des boîtes aux lettres Exchange Online :

http://microsoft.order-1.com/MOS/Service/MOS_Exchange_FAQ_MRM.doc