Aller au contenu principal

Stratégies – L’Homme, ce périphérique Wifi qui s’ignore

26 décembre 2013

Arnaud Alcabez

Lhomme wifiSi certains s’efforcent encore de démontrer que les réseaux Wifi peuvent être nocifs à notre santé, comme c’est le cas de cette étude menée par cinq lycéennes de Stockholm et qui a fait le tour d’Internet à la fin du mois de mai, d’autres explorent de nouveaux champs d’exploitation qu’on pourrait faire de ces réseaux dans lesquels nous baignons au quotidien.

Quatre étudiants de l’université de Washington se sont intéressés à l’analyse de la distorsion du signal entre deux bornes Wifi lorsqu’un objet situé entre les deux perturbe la fréquence des ondes radio, en les faisant rebondir (effet Doppler).

Via un routeur modifié (qu’ils ont appelé WiSee), les variations sont analysées et découpées en fines bandes de fréquences radio de 2Hz, afin de rechercher les changements de l’ordre de 10Hz, soit de l’ordre d’un mouvement de bras.

Sur une batterie de 9 gestes prédéfinis, WiSee arrive à identifier et classer des gestes avec une précision de 94 %, et est capable dans un environnement avec plusieurs personnes, de se fixer sur une seule personne en utilisant plusieurs antennes, ou d’utiliser plusieurs canaux MIMO (Multiple-Input Multiple-Output) pour identifier et gérer indépendamment plusieurs personnes dans le champ de diffusion du réseau Wifi.

En utilisant l’effet Doppler, les étudiants ont résolu deux problèmes liés aux objets de détection de mouvement à lentille optique : le fait de n’être pas sensible à la luminosité ambiante, le périphérique pouvant être utilisé sans éclairage, et le fait de ne pas forcément être dans le champ de vision, voir à une certaine distance de l’appareil.

Une vidéo de présentation est disponible ici : http://www.youtube.com/watch?v=VZ7Nz942yAY.

Avec cette technologie, l’Homme lui-même devient un objet connecté, sans avoir recours à un artefact pour entrer des données dans un système numérique. On peut même imaginer qu’en analysant en profondeur ses caractéristiques anthropomorphiques et de signal, on puisse l’identifier en tant qu’objet unique. Pour ce dernier point, une équipe de recherche de l’université de Carnegie Mellon n’est pas loin de le proposer en concevant une carte du Maraudeur, en référence à Harry Potter, basée sur la reconnaissance faciale et le tracking qui permet de repositionner sur une carte virtuelle chaque individu passant devant une caméra et suivre leurs déplacements en temps réel.

Une vidéo de présentation est disponible ici : http://www.youtube.com/watch?v=maj4Ps-wMG4

Alors, l’Homme, bientôt connecté automatiquement sur le réseau, tracé automatiquement en passant dans le champ d’une caméra ou d’un réseau Wifi est-il pour un avenir proche ? Peut-être…

Et peut-être que dans un demi-siècle, les tours opérateurs proposeront à leur catalogue des prestations pour passer une vraie semaine « offline » hors du Réseau dans des espaces réservés à cet effet que les gens les plus riches s’arracheront.

IT Pro Magazine, Juillet 2013

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :