Aller au contenu principal

Stratégies – Biométrie personnelle au service de la santé

26 décembre 2013

Arnaud Alcabez

WithingsWithings, contraction de WiFi et de things (choses ou objets en anglais)  est une société qui transforme des objets du quotidien au service de la santé en objets intelligents en y intégrant des capteurs. Dernier produit en date, après avoir déjà créé un tensiomètre, un baby phone, un contrôle d’activité cardiaque et un pèse-enfant intelligent, voici  un pèse-personne connecté portant le nom du « Smart Body Analyzer » communiquant en Wifi avec un équipement mobile.

Au-delà de ce qu’on peut attendre comme fonction de ce type d’appareil, la balance est équipée de deux capteurs particuliers : Le premier mesure le rythme cardiaque au repos, le second relève la quantité de CO² dans la pièce dans laquelle elle est installée (la chambre) toutes les trente minutes pour mesurer la qualité de l’air ambiant.

La pesée quant à elle récupère un certain nombre de données, telles que l’indice de masse corporelle (IMC), la masse grasse, le pouls, et bien entendu le poids, et les envoie sur votre profil personnel sur Internet, protégé par un mot de passe. L’application mobile « Withings Compagnon Santé », disponible sur iPhone et Android vient consommer les données collectées. L’application restitue les données sous forme de graphiques d’évolution dans le temps et montre comment elles se situent par rapport aux données type fournies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Sur le même thème de la santé connectée que le bracelet « Up », le « Smart Body Analyzer » est vendu à un prix de 150€ sur le site de la société withings.com et dans les Apple Stores.

Profitant de cette actualité, il est intéressant de rappeler deux caractéristiques fondamentales de l’informatique ambiante et des objets intelligents connectés pour qu’ils puissent entrer dans cette catégorie :

  • L’intelligence ambiante est d’enrichir les objets existants, de la vie quotidienne, et de les réinventer (ou recycler) pour les rendre plus utiles en les connectant, sans les rendre plus complexes d’utilisation. Ce principe est tout à fait respecté dans le « Smart Body Analyzer » où la fonction originelle de l’objet est conservée, tout en étendant son utilité.
  • Par contre, est-ce qu’il suffit qu’un objet soit intelligent et soit connectable pour qu’il soit véritablement un objet intelligent connecté ? Sous cette différence subtile se cache une vraie question : Suffit-il d’assembler quelques capteurs, un stockage des informations collectés, et un retour des données sur une page web ou un équipement mobile pour qualifier ce produit d’objet intelligent connecté ? Si sur le principe, je comprends que toute innovation peut être brevetée, l’objet se doit d’être ouvert avec des API (Application Programming Interface ou en français Interface de programmation) pour permettre aux développeurs d’interfacer d’autres objets ou de concevoir de nouvelles interfaces consolidées. Le « Smart Body Analyzer » est bien un objet intelligent connecté au sens où la société Withings met l’API à disposition du public sur son site Internet.

Bien évidemment, même s’il reste utile, ce type d’objet n’est en rien proactif, au sens où il ne sait pas s’adapter à son environnement en fonction des données qu’il reçoit d’autres appareils, de contexte environnemental ou humain, et encore moins anticiper en événement.

Le nombre d’objets de notre quotidien au service du bien-être, de la santé ou de l’hygiène qui nous entourent offre des perspectives illimitées en termes de réinventions. Maintenant, à quoi sert de collecter des données si la chaîne de valeur n’est pas complète ? En effet, l’interprétation des valeurs est laissée libre à l’utilisateur, et il pourrait être intéressant de disposer de la possibilité d’être conseillé préventivement en temps réel par un vrai spécialiste de la santé, sous la forme d’un abonnement. Médecins, c’est à vous de jouer… à vos claviers !

IT Pro Magazine, Juillet 2013

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :