Aller au contenu principal

Stratégies – Le Cloud Computing : Fatal à Microsoft Windows ?

2 août 2013

Arnaud Alcabez

Office-2013-LogoPendant plus de vingt ans, Microsoft Windows fût la pierre angulaire de l’édifice de l’éditeur. En imposant progressivement face à la concurrence son système d’exploitation pour l’utilisation bureautique, Microsoft a été en mesure de prendre la position de leadership pour les serveurs bureautiques et les applications.

L’apparition d’un nouveau modèle informatique structuré autour des échanges entre des périphériques de plus en plus mobiles et hétéroclites et les applications distribuées dans le nuage Internet auront fini par enterrer l’omnipotence de Windows sur l’ensemble des autres divisions.

Si on met de côté le succès rencontré par la Xbox chez les particuliers, l’empire Windows a été attaqué par deux fronts :

  • La nécessité de supporter dans Hyper-V de systèmes d’exploitation Linux tels que CentOS, Red Hat Enterprise Linux et SUSE Linux Enterprise Server afin de pouvoir répondre aux exigences agnostiques des environnements hébergés dans un cloud privé ou un cloud public
  • Une part de marché insuffisante dans le segment de la mobilité (tablettes et smartphones) ayant pour conséquence une absence significative de revenus pour l’éditeur sur ces équipements utilisateurs à forte croissance. Il était d’ailleurs attendu qu’à la fin du deuxième trimestre 2013, le nombre de smartphones et de tablettes dépasse le nombre d’ordinateurs personnels selon plusieurs analystes.

tableau

Le 31 juillet 2013 : Microsoft annonce la disponibilité d’Office pour Android, un mois et demi après avoir publié Office pour iOS.  Seul compromis gagné semble-t-il par les équipes Windows 8, l’application pour Android est disponible uniquement pour les smartphones, sans doute pour éviter une trop grande concurrence là où Microsoft peine à vendre sa tablette Surface. Une autre limite délibérément choisie par l’éditeur est le choix d’associer l’utilisation d’Office pour Android ou pour iOS au modèle de licence d’Office 365. Bien que les applications pour mobiles soient gratuites et libres en termes de téléchargement, la nécessité de disposer d’un compte sur le centre de données Office 365 est une certaine résistance dans le fait de fournir Office à l’ensemble des utilisateurs mobiles.

Mais il semblerait que le Rubicon ait été désormais franchi par les troupes de l’éditeur, et c’est un petit pas qui introduit un changement fondamental dans la stratégie de vente croisée: Hier, Microsoft Office était le levier pour imposer Microsoft Windows. Aujourd’hui, Office 365 (et donc, le cloud computing) est le levier pour imposer Microsoft Office et vice-versa. Une mini-révolution.

Et les équipes Windows et Windows Mobile dans tout ça ? Il faut bien reconnaître qu’elles ont bien mal négocié et interprété la transformation des attentes des consommateurs, et quoique elles aient su prendre des risques, elles n’ont pas trouvé la clé du succès planétaire auprès des consommateurs.

IT Pro Magazine, Septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :