Aller au contenu principal

Office 365 – Le nouvel iPad ouvre la voie au haut débit mobile avec Office 365

16 mars 2012

Arnaud Alcabez

Comme ses prédécesseurs, le nouvel iPad sera commercialisé par certains opérateurs en France et en Europe. L’appellation « iPad 4G »  aurait pu porter à confusion eu Europe où les réseaux 4G et LTE sont encore peu développés. D’un autre côté, une appellation comme « iPad 2S » ou « iPad 3 » aurait été restrictif par rapport l’arrivée prochaine des réseaux mobiles haut débit. Donc, comme son nom le dit pas, le nouvel iPad prend en charge la 4G LTE mais uniquement aux USA et au Canada, car aucun opérateur ne propose encore en Europe. Cela ne l’empêchera pas de prendre également en charge la 3G, et même de s’améliorer sur ce point en étant trois fois plus rapide en 3G.

Historiquement, si l’iPad 2 prenait en charge l’HSDPA, pour un débit maximal de 14,4 Mbps en téléchargement, le nouvel iPad accueille quant à lui l’HSPA+ et le DC-HSDPA, qui permet de grimper à 42 Mbps en combinant deux porteuses (DC = Dual Carrier). Ces protocoles sont supportés en France dès le lancement du nouvel iPad, mais uniquement dans des offres commerciales réservées aux professionnels.

L’iPad, qui était déjà la tablette préférée des entreprises américaines, séduit plus que jamais les acheteurs informatiques US. Selon une étude récente menée auprès de 1 604 acheteurs IT US par 451 Research LLC, 84 % des entreprises américaines prévoient d’acheter des tablettes Apple au cours du second trimestre 2012, un bond de 7 points par rapport à la dernière étude menée en novembre dernier. Tous les autres concurrents d’Apple sont en recul et la firme à la pomme s’impose de plus en plus comme le fournisseur de choix pour ce type de produit. Un autre indicateur intéressant est la part croissante d’entreprises qui s’intéressent aux tablettes. Selon l’étude, environ 22 % des entreprises interrogées achèteront des tablettes pour certains de leurs employés au second trimestre.

La qualité et les interruptions du réseau mobile, toujours un motif d’insatisfaction

Les problèmes de facturation mobile arrivent au premier rang des litiges recensés en 2011 dans le domaine des télécoms, selon l’Observatoire des plaintes et insatisfactions de l’Association française des utilisateurs de télécommunications (AFUTT) dévoilé jeudi 15 mars. Pour la première fois, la téléphonie mobile concentre plus de plaintes (53%) que l’accès à internet (38%). La téléphonie fixe ne représente plus que 9% des réclamations.

Juste derrière les plaintes liées à la facturation de opérateurs mobiles figure la manque de qualité des prestations, qui se traduit le plus souvent par des interruptions de service, des débits insuffisants ou encore une couverture 3G jugée insatisfaisante. La résiliation des contrats arrive au troisième rang des litiges signalés.

Dans le détail, parmi les 24 motifs relevés par l’AFUTT, la téléphonie mobile fait l’objet de critiques en matière de facturation (25,3%), de résiliation de contrat (16,9%), de recouvrement et contentieux (11%), de contrat (10,5%) et d’intervention du SAV (5,6%).

En ce qui concerne les fournisseurs d’accès internet (FAI), les plaintes les plus fréquentes concernent l’interruption de service (dans 16,7% des cas), la résiliation de contrat (15,5%), la livraison/installation (14,2%), la facturation (10,6%) et enfin la qualité de fonctionnement (8,2%).

Quid de la 4G en Europe ?

Quant à la 4G en Europe, tout n’est pas perdu. Apple a beau indiquer que « la connectivité 4G LTE (n’)est prise en charge (…) (qu’)aux États-Unis et (…) au Canada », y compris sur le site Apple France, ce n’est potentiellement qu’un constat. De même en ce qui concerne les fréquences de 700 et 2100 MHz utilisées en Amérique du Nord, mais différentes de celles attribuées en Europe.

Mais le modem du nouvel iPad, un Qualcomm MDM9600 comme l’a découvert AnandTech en inspectant l’image du firmware de l’iPad 4G (fichier .ipsw), prend bel et bien en charge les fréquences de 800 et 2600 MHz qu’utiliseront un jour les quatre opérateurs en France pour les réseaux 4G LTE.

Apple pourrait donc activer ces fréquences d’une simple mise à jour de firmware, quand les premières offres 4G verront le jour en Europe. À moins que d’ici là de nouveaux iPad ne soient sortis et qu’Apple en fasse un argument de vente…

Dans un premier temps, le nouvel iPad sera commercialisé par Orange et SFR. Si le premier s’en est pour l’heure tenu à cette annonce, SFR a quant à lui annoncé sur Twitter qu’il serait au prix de 250 euros en cas de souscription d’un forfait Carré Tablette 3 Go, facturé 42 euros/mois.

Dans le même temps, l’ARCEP informe qu’une consultation publique est lancée afin de collecter les avis de tous les acteurs potentiellement intéressés par la 4G, et pas seulement ceux des opérateurs. Rappelons par ailleurs qu’en évoquant la 4G, on parle de très haut-débit mobile. Actuellement, la 3G+ peut au maximum atteindre en théorie 42 Mb/s en descente, ce qui correspond, en pratique, à 7 Mb/s. Demain, la LTE offrira un débit descendant théorique de plus de 100 Mb/s (50 Mb/s en montant). Il s’agit de plus de réseaux cruciaux pour les opérateurs puisqu’ils permettront de décongestionner les réseaux 3G/3G+ en voie de saturation avec l’essor du trafic data.

A part le nouvel iPad, à condition qu’Apple décide de faire une mise à jour du firmware, et en attendant que les autres équipementiers réseaux lancent leurs terminaux mobiles 4G, seules les clé USB réseau seront compatibles avec la 4G. Si on en croit les annonces des différents constructeurs, des premiers mobiles 4G devraient faire leur apparition en France courant 2012, alors que l’adoption du très haut-débit mobile ne commencerait à se montrer probante qu’en 2014 selon les spécialistes. Une situation qui est à peu de choses près la même que celle rencontrée dans d’autres pays comme les Etats-Unis. La France ne devrait donc, a priori, pas trop être en retard sur l’adoption de ces nouvelles technologies mobiles.

En attendant, la 4G, les opérateurs musclent leur réseau 3G pour supporter le nouvel iPad

Toutefois, Orange n’aura pas attendu la 4G pour lancer le très haut débit mobile. L’opérateur a effectivement annoncé récemment qu’il triplait le débit de son réseau 3G+ en passant à l’HSPA+ à 42 Mbps, le maximum de la norme. Comme indiqué précédemment, ce débit sera réservé, du moins dans un premier temps, aux offres professionnelles.

L’opérateur exploite pour ce faire la norme Dual Carrier, qui consiste à combiner deux porteuses, et le schéma de modulation de porteuse 64 QAM. Les terminaux doivent explicitement prendre en charge ces fonctionnalités, comme le fait la toute nouvelle clé USB Huawei E372 ou le nouvel iPad.

Le débit descendant passe ainsi de 14,4 à 42 Mbps et le débit montant de 2 à 5,76 Mbps, de quoi télécharger un fichier de 10 Mo en 3 secondes, contre 8 secondes à 14,4 Mbps et même près de 4 minutes en 3G à 384 kbps.

Le réseau est néanmoins géographiquement encore limité. Neuf des douze agglomérations les plus peuplées de France (l’Île-de-France, Grenoble, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice et Toulon) sont couvertes en HSPA+ à 42 Mbps à ce jour, ce qui représente plus de 50 % de la population, contre 97 % en 3G+ à 14,4 Mbps. Les relais de Bordeaux, Toulouse et Strasbourg seront quant à eux mis à niveau mi-2012. Le reste du territoire le sera à partir de début 2013. Le très haut débit mobile n’a donc pas vocation à combler la fracture numérique.

La norme HSPA+ à 42 Mbps n’est donc pour le moment accessible qu’au travers des forfaits Business Everywhere de chez Orange. Elle est incluse sans surcoût au forfait « Premier », facturé 60 euros HT/mois et bridée au-delà de 5 Go. Elle est en option à 4 euros HT/mois pour tous les autres forfaits, soit à partir de 15 euros HT/mois pour 15 Mo.

Ce qui devrait nous faire patienter jusqu’à l’arrivée des réseaux 4G LTE, qui plafonneront à 326,4 Mbps en réception et 86,4 Mbps en envoi.

Le tableau ci-dessous rappelle l’historique de l’évolution des réseaux de données pour les terminaux mobiles :

Génération Acronyme Intitulé
1G Radiocom   2000,   Nordic Mobile Telephone Radiocom   2000 France Telecom, Ligne SFR Analogique (NMT=Nordic Mobile Telephone)
2G GSM (échanges de type voix   uniquement) Global System for Mobile   Communication
2.5G GPRS (échange de données sauf voix) General Packet Radio Service
2.75G EDGE (basé sur réseau GPRS existant) Enhanced Data Rate for GSM Evolution
3G UMTS Universal Mobile   Telecommunications System
3.5G ou 3G+ HSDPA (dérivé de l’UMTS) High Speed Downlink Packet   Access
3.75G ou 3G++ HSUPA et HSPA+ (dérivés de   l’UMTS) High Speed Uplink Packet   Access
3.9G LTE Long Term Evolution
4G LTE Advanced Long Term Evolution-Advanced

Répartition des futurs opérateurs des réseaux 4G LTE en France

En France, l’ARCEP a attribué les licences 4G LTE aux opérateurs en fin 2011. Les enchères ont rapporté à l’État plus de 3,5 milliards d’euros.

Le résultat du premier appel d’offres 4G pour la bande de fréquence des 2 600 MHz se répartit comme suit :

  • Bouygues Telecom obtient 15 MHz duplex pour 228 011 012 € ;
  • Free Mobile obtient 20 MHz duplex pour 271 000 000 € ;
  • Orange obtient 20 MHz duplex pour 287 118 501 € ;
  • SFR obtient 15 MHz duplex pour 150 000 000 €. La filiale de Vivendi est par ailleurs le seul opérateur à ne pas avoir souscrit d’engagement à accueillir des opérateurs virtuels (MVNO) sur son réseau.

Soit un total de 936 129 513 €.

Le résultat du second appel d’offres 4G pour la bande des 800 MHz, libérée par l’arrêt de la télévision hertzienne analogique (appelé dividende numérique), se répartit ainsi :

  • Bouygues Telecom obtient 10 MHz duplex pour 683 087 000 € ;
  • Orange obtient 10 MHz duplex pour 891 000 005 € ;
  • SFR obtient 10 MHz duplex (2 blocs de 5 MHz) pour 1 065 000 000 € ;
  • Free Mobile n’obtient pas de fréquences dans cette bande mais a accès au roaming sur le réseau 800 MHz de SFR.

Soit un total de 2 639 087 005 €.

Répartition totale des fréquences affectées à la 4G en France : 30 % pour Orange, 25 % pour SFR, 25 % pour Bouygues, 20 % pour Free Mobile.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :