Aller au contenu principal

Office 365 – Revoir son architecture pour le support du nouvel iPad ?

11 mars 2012

Arnaud Alcabez

L’annonce du nouvel iPad faite en milieu de semaine dernière pose un débat à propos de l’impact que ce dernier peut représenter sur la consommation des infrastructures réseaux. Depuis que ce type de périphérique est commercialisé, il a été constaté un accroissement de 25% du trafic réseau sur les bornes WiFi, si on en croit les retours d’expériences réalisés par des chaînes hotelières. Ainsi, un iPad consomme 300% de trafic réseau supplémentaire en un mois qu’un iPhone, et cette première conclusion risque d’être explosée avec l’arrivée du nouvel iPad d’Apple.

Les optimisations dont jouit la dernière tablette d’Apple, comme la 4G, l’augmentation de la résolution de l’écran et le nouvel appareil photo/vidéo, vont sans aucun doute entrainer une augmentation des ventes.  Capable de réutiliser le contenu HD avec une meilleure résolution qu’une TV HD de 1080p, elle devrait avoir besoin d’une bande passante trois fois plus large que pour un contenu standard. De manière générale, dans iOS 5.1, Apple a augmenté la limite de téléchargement en 3G. On peut désormais télécharger des applications jusqu’à 50 Mo sans passer par une connexion WiFi. Ce changement est loin d’être anodin : avec l’écran Retina du nouvel iPad, la taille des applications va augmenter de manière parfois significative.

L’application étant développée de manière unique sur l’AppStore, son concepteur doit modifier les ressources graphiques pour gérer le surplus de pixels. Concrètement, chaque élément qui compose l’interface est doublé, ce qui a un impact direct sur le poids du fichier. Au total, l’application grossit lors de son adaptation aux écrans Retina. L’impact est plus ou moins important en fonction des cas. Les applications qui utilisent surtout des éléments standard de l’interface iOS ne devraient pas être trop concernées. Plus l’interface est personnalisée, plus l’impact du passage au Retina va être important.

Ainsi, l’application « Localiser mes amis » passera de 12,8 Mo à 18 Mo. Tweetbot passera de 8,8 Mo à 26,4 Mo, et iGeneration pour iPad de 4,6 Mo à 11 Mo. Mais la palme revient à des applications exploitant totalement la nouvelle résolution, comme iMovie qui passera de 70 Mo à 400 Mo. Pages, Numbers et Keynotes se rapprochent des 300 Mo chacunes, et GarageBand frôle le giga-octets.

Cette inflation devrait également se ressentir dans les échanges entre les utilisateurs via leurs outils de communications, tels que la messagerie, le portail collaboratif et la messagerie instantanée. Imaginez un utilisateur d’iPad 3 qui envoie une vidéo ou plusieurs images à un autre utilisateur de votre entreprise via les services Office 365. Non seulement vous risquez de mettre à genoux votre réseau Wifi, mais également de constater une augmentation significative des bandes passantes entrantes et sortantes vers vos services en ligne.

Alors, faut-il revoir son architecture MDM/OTA à cause du nouvel iPad, c’est à dire, doubler la bande passante ou commencer à réfléchir sur la mise en place de QoS selon la nature de vos périphériques ? Telle est la question. « Si sur 100 personnes présentes sur une implantation, justes 20% utilisent le nouvel iPad, cela engendrera un trafic supplémentaire énorme sur le réseau Wi-fi », maintient O’Connell, manager, produit senior pour l’optimisation WAN chez Blue Coat Systems, en faisant référence aux spécificités techniques de l’appareil, notamment en matière d’appareil photo et caméra vidéo HD.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :