Aller au contenu principal

Office 365 – Configurer les archives Exchange Online

11 janvier 2011

Arnaud Alcabez

Microsoft Office365 étant une évolution de Microsoft BPOS v1, on retrouve bien entendu les scénarios classiques déjà supportés dans la première version:

  • Cloud Only, c’est-à-dire la bascule complète du service de messagerie et des boîtes aux lettres vers le centre de données Microsoft
  • Mixte, c’est-à-dire une approche consistant à conserver certaines boîtes aux lettres sur des serveurs Exchange internes et d’utiliser la plateforme Exchange Online pour les autres. Ce modèle convient parfaitement à des scénarios tels que un siège et des filiales, des boîtes aux lettres trop spécifiques pour être industrialisées, l’obligation légale de respecter certaines règles de régulation de l’entreprise, comme la souveraineté de certaines données par exemple, etc.

Toutefois, Office365 introduit deux autres scénarios qui peuvent être intéressant à étudier dans le cadre d’une étude de faisabilité ou d’architecture.

  • Rollback, c’est-à-dire la capacité qu’offre Office365 de déplacer facilement des boîtes aux lettres de votre entreprise et de les rappatrier sur un site on premise de votre entreprise. Ce scénario est possible uniquement avec des serveurs locaux Exchange Server 2010 SP1.
  • Archives dans le cloud, c’est-à-dire de conserver l’exploitation de vos boîtes aux lettres sur des serveurs internes, et de mettre en place un système d’archivage automatisé selon les règles que vous imposerez. Sachant que dans ce scénario, l’archive utilisée est stockée sur le datacenter Office365. Cette configuration peut sembler étrange au premier abord, mais elle correspond à des scénarios particuliers. En voici deux exemples :
    • Votre architecture est fortement répartie avec des liaisons ne vous permettant pas de déployer une solution d’archivage dans de bonnes conditions d’usage. Dans cette configuration, chaque site est configuré pour archiver ses boîtes aux lettres sur le cloud, via Internet, sans forcément utiliser le réseau local. Dans le cas d’un déplacement d’un utilisateur entre deux sites, vous n’aurez qu’à déplacer sa boîte aux lettres principale (si possible réduite en taille), quant au reste (ses archives), il s’y connectera instantanément dès lors qu’il arrivera à sa nouvelle affectation.
    • L’espace de stockage utilisé pour les archives représente un investissement (Capex). Il peut être intéressant de déplacer ce coût sous la forme d’une charge d’exploitation (Opex) ajustable en fonction des besoins et des stratégies de l’entreprise. En effet, les archives étant une donnée « tiède », voire « froide », il reste néamoins qu’elles nécessitent des disques durs dont la volumétrie ne fera qu’augmenter au fil des années. Vous aurez également à prévoir le remplacement des disques défaillants et de rafraichir vos données ponctuellement sous risque de ne plus pouvoir un jour y accèder. L’idée est donc double : La première est de restructurer ce service en l’externalisant et en y appliquant un SLA, la seconde est de pouvoir facilement refacturer des BU en interne en fonction de ce qu’elles consomment sur le nuage.

Ce dernier scénario nécessite que l’entreprise dispose de Microsoft Exchange Server 2010 Service Pack 1 en interne et Microsoft Office365 du coté du datacenter Microsoft. Pour les 1.000 testeurs d’Office365 beta, il n’était pas possible jusqu’à présent d’activer cette fonctionnalité, du fait d’un problème de mise à jour de statut pour la boîte d’archive. Microsoft a donc publié hier un script PowerShell pour flusher la valeur. Ce contournement n’est nécessaire qu’avec la beta Office365 et devrait disparaitre avec la disponibilité générale d’Office365.

Pour tester le scénario d’archives dans le nuage et obtenir le script correctif, cliquez ici.


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :